Par Carole R.

Baden Baden, Stuttgart, Ratisbonne, le château de Neuschwanstein, le Land…c’était suffisant pour que je me décide à partir ! Que m’importait si ces mots en se traduisant perdaient de leur beauté. On a bien des noms de villages et de villes en Amérique qui vous jettent l’évocation par terre. On n’a qu’à penser à L’Anse Qui- Pue dans le bas St-Laurent, la fameuse rue de la Branlette à St-Jean-Port-Joli, la route ZZYZX en Californie ou encore la ville de Boring en Oregon!

L’appel d’un univers différent et surtout inconnu se faisait entendre. Et j’avais le goût de me faire des images de paysages grandioses et de… romance.

L’Autriche, la Bavière et ses forêts enchantées me semblaient le lieu idéal pour me bâtir mon livre d’images. Dans ces forêts attirantes, il me semble que tout est possible. Je peux y imaginer la Belle au bois dormant ou le gros méchant loup, selon mon humeur.

Tranquillement, au cours de ce voyage, je tournais lentement mon livre d’images. La Bavière, c’est quand même plus de 100 000 monuments, plus de 1200 musées et collections ainsi que 40 grands théâtres et scènes d’opéra. Et à cela s’ajoutent des manifestations traditionnelles comme la Fête de la Bière, le Mariage de Landshut, la Passion d’Oberammergau ou le marché de Noël de Nuremberg. Et dans ces occasions, le Bavarois porte fièrement le lederhosen, la culotte traditionnelle, et la Bavaroise, le dirndl, la jupe ample et le tablier. Pittoresque!

Festival de la bière, Munich

Romantique à souhait, on peut dire que notre belle Sissi vivait dans un décor de rêves : des lacs aux eaux cristallines, des petits villages médiévaux et tout le mystère de la Forêt Noire. C’est tout à fait à l’image des contes des frères Grimm et cela faisait tellement de bien à l’âme.

Et dans mon livre d’images, en tournant la page qui me faisait rejoindre Vienne, en bifurquant par Munich, je vis dans toute sa splendeur, quelques enfants tout charmants dans leurs costumes bavarois traditionnels marchant tout souriants dans un décor tout aussi charmant.

Et pour une fin sublime, en arrivant à Vienne en Autriche, en me promenant dans cette ville si élégante où tout est invitation à la musique, je me mis à fredonner:

« Une valse à trois temps qui s’offre encore le temps

De s’offrir des détours du côté de l’amour, comme c’est charmant

Une valse à cent temps, une valse ça s’entend à chaque carrefour

Une valse à mille temps offre seule aux amants
Trois cent trente-trois fois l’temps de bâtir un roman »

Allez, Mozart, Beethoven, Verdi, faites-moi danser, rêver…

C’était tellement le cadre idéal pour que je tombe en amour!

Il restait encore une page à tourner à mon livre qui s’achevait et me demandait si le beau ténébreux avec lequel j’avais échangé quelques regards au cours de cette aventure lisait le même livre que moi…

Allez! Je vous raconterai bien un de ces jours!

Monument Johann Strauss, Vienne

La Bavière et l’Autriche vous appellent? Nous vous proposons notre circuit La Bavière, de Vienne à Munich. Découvrez-le ici.

 

Pin It on Pinterest

Share This