Recevez nos meilleures idées de voyages chez vous

Popup - Catalogue [FR]

Par Carole R.

Il y a des voyages d’où vous revenez songeur parce que vous avez côtoyé la misère et la pauvreté.

Il y a des voyages qui vous dynamisent parce que vous avez vibré au même rythme que cette ville qui s’ouvrait au nouveau millénaire.

Et il y a aussi ces voyages qui vous en mettent plein la vue et qui vous laissent croire qu’on n’attendait que vous depuis longtemps. Vous savez ces lieux qui semblent des cartes postales soudainement animées.

Eh bien, je crois en effet que certaines îles grecques m’attendaient depuis toujours. En y déposant ma valise, ces Grecs m’ont sans cesse répété de bien m’emplir les yeux de ce bleu de ciel qui n’existe que dans leurs îles. Ce bleu dont les toits et les maisons se parent chaque année pour nous recevoir, nous, les touristes, et pour bien nous recevoir. Oh ! Et ils savent vous recevoir et ils savent se rendre inoubliables.

Ils se sont préparés longtemps avant mon arrivée : le bleu des toits à repeindre, les fleurs à agencer dans les pots tout en haut des escaliers, le blanc des pierres à rendre aveuglant pour moi seulement!

Eh oui! C’est comme ça qu’ils m’ont fait sentir pendant mon séjour dans leurs îles. Ils m’ont fait croire que ces jolies nappes blanches et bleues n’attendaient que moi au détour d’une ruelle sur l’incroyable Mykonos. Ses légendaires pélicans, ses moulins à vent, son dédale de petites rues grises et blanches si propres qu’on les croirait lavées chaque matin. Comme il était agréable de s’y promener au lever du jour alors que tout est calme.

Ah! aussi… ils m’ont fait croire que ce bleu du ciel unique s’était paré de cette couleur éblouissante que pour moi à Santorin. Et cette ville, Oia, accrochée on ne sait comment au flanc du ciel, m’attendait depuis toujours pour que je puisse en capter l’incroyable beauté et l’indéfinissable tranquillité.
Je savoure encore l’atmosphère chevaleresque et si déroutante de l’île de Rhodes où l’espace de quelques jours, j’ai pris plaisir à vivre comme une princesse à attendre son Lancelot dans la vieille ville fortifiée.

Ah oui! Ils m’ont fait croire qu’ils avaient tout préparé pour que mon séjour soit inoubliable.

Et comme c’était bon d’y croire.
Et comme j’aime croire qu’ils m’attendent encore.

Pin It on Pinterest

Share This